kWwSrBTLYdOPCsN0u586

Qu’est ce que la construction bas carbone ?

En France, c’est le secteur du bâtiment qui est le plus émissif en gaz à effet de serre et l’un des plus polluants. Il fait également partie de nos jours, l’un des leviers majeurs dans la lutte contre le réchauffement climatique. De ce fait, si votre projet de rénovation ou encore de construction est enregistré dans une démarche bas carbone, cela reste certainement un meilleur choix. Dans tous les cas, ce choix est un moyen de contribuer à l’effort mondial pour le climat. Et grâce au label BBCA qui est en plein développement, les acteurs du bâtiment contribueront grandement à réduire l’empreinte carbone. Vous trouverez dans cet article bien d’autres informations liées à la construction bas carbone.

 

Une construction respectueuse de l’environnement

Jusqu’à nos jours, il n’existe pas une définition exacte de construction bas carbone. Toutefois, ce que l’on sait avec exactitude c’est qu’une construction bas carbone est un type de construction qui a pour but de limiter des émissions de gaz à effet de serre. Et pour limiter ces émissions, il faut nécessairement prendre en compte tous les éléments qui vont être impliqués dans ce processus de construction. À savoir :

  • Les produits de construction ainsi que les matériaux
  • La consommation de même que le rejet d’eau
  • Le choix des approvisionnements énergétiques

Mais dans tous les cas, la meilleure stratégie bas carbone est celle qui consiste à prioriser la réhabilitation et la densification. 

 

L’innovation partagée : optimiser l’existant, rénover et construire bas carbone

En France, 19 % des émissions de gaz à effet de serre sont provoqués par le bâtiment. Par contre, plus d’un quart de ces bâtiments sont responsable des émissions associées. Et les clés pour agir à l’échelle du bâti sont entre autres l’optimisation de l’existant, la rénovation thermique et la construction bas carbone. À l’heure actuelle, le secteur du bâtiment réutilise chaque année en moyenne un pour cent des 42 millions de déchets qu’il produit et ce, qu’ils soient peu transformés ou pas. Toutefois, il existe des groupements qui ont vu le jour afin d’accélérer cette dynamique. Et parmi eux, certains ont pour objectifs de réduire l’impact carbone du secteur du bâtiment de vingt à trente pour cent, mais tout en se basant sur le développement massif du réemploi. 

Entre une rénovation et une construction neuve, les émissions à effet de serre peuvent très bien varier d’un à cinq. C’est pourquoi il est préférable d’éviter de démolir pour privilégier la réhabilitation. Par conséquent, c’est dès la conception de nouveaux bâtiments qu’il faut à partir de maintenant commencer à anticiper leur transformation future afin d’accompagner de possibles changements d’usage. 

 

La création du label BBCA pour le respect de l’environnement

Pour construire un bâtiment, il faut nécessairement utiliser une grande quantité d’énergie, mais aussi de nombreux matériaux. Ces matériaux qui sont utilisés pour la construction sont conçus pour durer plusieurs années. De ce fait, pendant tout leur cycle de vie, ils peuvent continuer de dégager de la pollution. Et c’est pour limiter ces émissions de gaz à effet de serre et aussi l’empreinte carbone de la construction que le label BBCA a été conçu. Ce label a pour but le respect de l’environnement et ce, que ce soit dans le cadre de la construction du bâtiment ou encore de son utilisation par les occupants. Pour ce qui est des bâtiments et des habitations de tout genre, ceux-ci peuvent bénéficier d’une rénovation énergétique grâce aux aides offertes par le gouvernement.

 

Conclusion 

La construction bas carbone exige l’emploi des matériaux biosourcés et des matériaux anciens qui ont été au préalable revisités ou recyclés. De plus, certaines entreprises ont déjà pour objectif de privilégier l’usage de ce type de matériaux afin de contribuer à réduire l’empreinte carbone.